Traces d'histoire... En automne - La Fondation de Québec

Rechercher dans ce site
Aller au contenu

Menu principal :

Traces d'histoire... En automne

Traces...
Voyage


I
l y a bien des manières de voyager aujourd’hui ! On peut sans façon partir une fin de semaine pour une soirée à New-York ou décider d’aller faire ses courses à Milan… On peut aller à Québec où les pantalons en toile de Nîmes sont si bon marché et expédier quelques cartes postales griffonnées à la hâte sur la terrasse Dufferin, à l’ombre du château de Frontenac...
On peut aussi en quelques heures d’avion, franchir je ne sais quelle frontière temporelle et chercher « de l’autre bord » de mystérieuses correspondances avec sa propre histoire…


... Je t’écris d’un petit hôtel de la rue Saint-Paul. Je ne te donnerai pas son adresse parce que je veux le garder pour moi tout seul*… Son bar est une taverne du bout du monde où se côtoient le tout Québec, des artistes, des marins, et avec un peu d’imagination on y croise des voyageurs du Nord au regard blanchi par les bourrasques de neige. On est ici comme on pourrait être ailleurs, à condition que ce soit loin… On pense à des tavernes de légende, aux romans de London ou de Conrad. On a dans la tête, en buvant sa Molson, sa Griffon ou sa Boréale rousse, des noms magiques et des idées de romans d’aventure. On y entend Amalia Rodrigues, des musiques du Cap Vert ou "Les cabans noirs" de Vissotski…

Je suis allé au-delà de Québec, à Tadoussac et Chicoutimi, dans la région du Saguenay puis du côté de Roberval et de Mashteuiatsh.

J'étais là-bas... Où le ciel, l'eau et la forêt complotent en silence pour te retenir, toujours... J'ai goûté au silence de la première neige, au bruissement des rivières qui s'engourdissent avant l'hiver, au froid qui te parle du temps passé, aux vents immémoriaux qui viennent du nord et que traversent en glissant les vols acérés des outardes... J’ai su alors que je te raconterai un jour l’histoire des colons de la Nouvelle France.

Et puis, sur les rives du lac Saint-Jean, j'ai écouté le vieux chef indien me parler de son peuple... Le vieil homme m'a donné de la viande d'orignal de sa dernière chasse... Que pouvais-je lui donner, moi, sinon la promesse de te parler de lui… et de revenir bientôt ?
__________________________________________________________________________

* www.hotelbelley.com

Journal de voyage
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu