Abraham Martin, père d'une multitude... - La Fondation de Québec

Rechercher dans ce site
Aller au contenu

Menu principal :

Abraham Martin, père d'une multitude...

Portraits
 
Abraham Martin, le plus modeste des acteurs de la Fondation

Né à Dieppe en 1589, Abraham Martin est peut-être arrivé à Québec par le même bateau que Louis Hébert en 1617. Pour certains chroniqueurs, il n'a débarqué qu'en 1620, en compagnie de sa femme Marguerite Langlois, sa sœur Françoise et son beau-frère Pierre Desportes. Il est laboureur, paysan donc, et finira par obtenir une terre de 20 hectares environ sur les hauteurs de Québec. Et c'est dans cette terre justement, que va germer le personnage quasi-mythique que l'on connaît aujourd'hui.

Maître Abraham, dit l'Ecossais...

Il aurait pu comme bien d'autres rester à la porte de l'histoire ! Il aura suffi cependant de l'habitude affectueuse de ses contemporains qui pour désigner ses pâtures parlaient des "terres d'Abraham" et de la décision d'un général anglais d'attaquer Québec par les fameuses Plaines, pour que le brave homme soit un jour considéré comme l'un des Pères Fondateurs du Québec d'aujourd'hui…

Sous le microscope de l'histoire...

On sait qu'il aura 4 filles et deux garçons dont Eustache que Champlain envoie chez les Hurons comme interprète. Il est pêcheur, il a probablement un petit bateau : à ce titre il est dit "Pilote" et très habile en navigation sur le Saint-Laurent. Au point de devenir un jour Pilote Royal et personnage en vue dans la petite colonie de 5 à 600 habitants. Mais qu'est-ce donc qui unit Abraham à Samuel Champlain ? Des histoires de famille : sa nièce Hélène, fille de Françoise et de Pierre Desportes, est la filleule de Champlain… On sait aussi que le fondateur de Québec en novembre 1635, couche les Martin sur son testament, leur lègue six cents livres et en octroie autant à leur fille Marguerite "pour l'aider à se marier à un homme du pays".

Respectable Martin

Quoique !
La chronique rapporte aussi qu'en 1649 Abraham est accusé d'avoir "forfait à l'honneur avec une luronnesse de 16 ans". L'expression est plaisante mais l'affaire l'était moins et le bon patriarche fut jeté au cachot quelque temps pour avoir fauté avec une trop jeune fille dans des circonstances que la pudeur des siècles a fait oublier...
... Bon, personne ne s'attarde sur le fait que Champlain avait épousé une gamine qui n'avait pas 12 ans ! Mais au moins l'avait-il épousée avec, par contrat, l'obligation de ne pas consommer avant les 15 ans de la jeune dame...
Tandis que la Colonie s'installe dans un
nouveau régime de gouvernance sous l'autorité d'un conseil souverain, Abraham Martin meurt à Québec le 8 septembre 1664.

Coïncidences et autres symboles...

Personnage ordinaire, Abraham nous suggère de méditer sur quelques coïncidences objectives et sur toute une symbolique hasardeuse :

  • il est parmi les premiers artisans de la colonie, et son nom signe la fin d'un rêve en 1759.

  • On l'appelle l'Ecossais et c'est un bataillon d'Ecossais qui monte en premier à l'assaut de Québec sur les Plaines !

  • Les officiers anglais qui ne connaissaient pas Martin, pensaient que les Plaines d'Abraham évoquaient le patriarche biblique. Ils n'ont donc pas débaptisé le lieu dont le nom évoque définitivement la Nouvelle-France...

  • Abraham en hébreu veut dire "père d'une multitude"…


En 1729, il se trouve qu'Abraham Martin avait déjà 1363 descendants par ses filles !

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu